Retour sur la régionale combat du 17 mars 2019


Inscription 14h30 pour les vétérans. Ca change du 8h30 de la départementale (sourire).


Après 2h30, à peu près d'attente nous allons pouvoir enfin tirer nos combats. Mais pour ma catégorie ce ne sera qu'un seul combat car les concurrentes de la région ne se sont pas déplacées. Dommage, j'en aurais tellement voulu plus.


Je n'ai donc pas le choix. Un combat, une victoire. Je dois être la première.



Un combat qui ne fut pas si évident ce jour-ci. Mais tout de même conclu par un 7 - 2


Il a fallu que je combine avec une surchauffe du corps qui a amené une fatigue croissante. Impossible pour moi de rester dans une dynamique permanente. Je dois adapter mon karaté à la situation et surtout ne pas montrer mon état de fatigue. Objectif : rester vive et surtout ne pas m'épuiser sur des coups ratés. Je dois marquer très rapidement.


Le combat démarre un premier point pour moi, puis un second. Mon adversaire marque son premier point. Je marque mon troisième et elle son deuxième. Là dans ma tête c'est le drame. 1 point d'écart n'est pas suffisant pour une victoire et peut à tout moment signer ma défaite. Un coup bien placé peut lui permettre de me mettre trois points dans la vue. Je décide donc de mettre le tout pour le tout et creuser l'écart.


Je dois faire vite la fatigue physique avance.


Je change de visage, là je ne rigole plus. C'est bon, je passe à la vitesse supérieure maintenant que j'ai pu la voir travailler et pour me donner encore plus de chance, j'écoute les indications de son coach. Quand celui-ci lui dit de faire gaffe à mes poings c'est une jambe qui sort pour marquer, puis une seconde. Quand il lui indique que je suis trop dans sa garde je tente d'être plus rapide et distante. Je vois son dos à porté de pied. Je tente mon Ura mawashi, mais sans succès. Trop fatiguée, je laisse tomber cette technique et me concentre sur mes poings et mon mawashi geri.


Tant que l'arbitre ne signale pas la fin du jeu pour moi rien n'est gagné. Je ne dois pas me faire déborder. Mon adversaire essaie de me monter en pression et c'est un dernier suki gueri qui vient signer la fin du combat.


Bilan de cette journée.


J'ai du pain sur la planche pour la nationale. Il va falloir que j'adapte sérieusement mon agenda pour travailler mon corps (musculature, rapidité, ...), développer une technique de combat plus précise, développer une stratégie de combat que je peux moduler en fonction de mon état sans me mettre en danger face à l'adversaire.


Bref je m'en vais me tester avec les filles au niveau national pour mon objectif de 2020. Objectif compétition quasi remplie pour cette année !!


C'est maintenant que le jeu commence !


"Ce site est une histoire personnelle. Nous sommes uniques, il est donc de la responsabilité de chacun de se rapprocher du corps médical pour son propre cas. Je ne suis pas médecin."

 

Anne-Sophie Van Nuvel

  • Athlète et Sépienne
  • Instagram