Recette d'une randonnée au top avec la Sclérose en plaques.

Mis à jour : 18 mars 2019


Fatigue, douleurs, chaleur, accessibilité, topographie ... autant de contraintes qui minent et peuvent nous faire abandonner l'idée. Et pourtant, avec une bonne préparation la randonnée reste accessible pour la plupart d'entre nous.


Quand en juin 2016 a été posé le diagnostic, je me suis dit "et merde, peut-être que demain je ne marcherai plus !". C'est alors que je me suis mise un premier coup de pied au cul afin d'arrêter de remettre les choses au lendemain. J'ai commencé par planifier une randonnée de 3 jours avec un ami, en plein mois d'août ! Pas très judicieux me diront certains, d'autant que j'ai un peu de mal avec les grosses chaleurs. Mais c'est sans compter une bonne préparation qui m'a permise de parcourir 67 kms en 3 jours !


Ma recette est simple. La première chose est de faire le point sur ses principaux handicaps. Pour ma part ils sont: la chaleur, la fatigue et les douleurs. En fonction de cela j'ai donc vu pour adapter mon parcours et les conditions:

- la chaleur: le mois d'Août en France n'est pas forcément la période la plus appréciée pour les sépiens. J'ai donc choisi la forêt de Brocéliande qui a pourvu en ombrage et fraîcheur.

- la fatigue: plutôt que de démarrer par une seule boucle sur 3 jours, nous avons planté nos têtes au camping municipal. Ce qui m'a laissé une certaine liberté de repos au besoin sans pénaliser mon partenaire dans sa propre randonnée. Car l'hyper-fatigue ne prévient pas. D'ailleurs le second jour j'ai dû accepter de faire une sieste de 2 heures sur la fin du parcours à l'ombre d'un chêne près de l'eau. Il y a pire comme cadre non ?

- les douleurs: ayant adapté mon alimentation, veillé à une bonne alimentation et n'étant pas seule, j'ai pu passer au-dessus, presque tout le temps.


Comme dit plus haut la randonnée s'est conclue par 67 kms sur 3 boucles et je n'étais pas peu fière de mon parcours. Je dois donc cette réussite à plusieurs facteurs:

- une planification prenant en compte les paramètres personnels

- être accompagnée et soutenue par un ami. Attention choisissez bien votre partenaire, il ne doit être, ni dans la compassion ni dans l'ignorance, mais dans la compréhension.

- accepter d'être limitée. En acceptant mes limites j'ai pu au final aller plus loin sans me blesser ni avoir un sentiment d'échec.


Si vous aussi vous voulez randonner, c'est possible. Ecoutez votre corps, (re)connaissez vos limites réelles et celles liées à votre pathologie, ne partez pas seul, assurez vous d'avoir un partenaire solide et planifiez vous du bonheur en barre toujours à votre rythme !

"Ce site est une histoire personnelle. Nous sommes uniques, il est donc de la responsabilité de chacun de se rapprocher du corps médical pour son propre cas. Je ne suis pas médecin."

 

Anne-Sophie Van Nuvel

  • Athlète et Sépienne
  • Instagram