De confinée à déconfinée censurée… la perte des repères sportifs, se ré-inventer.


Cela fait bien, bien longtemps que je n’ai pas écrit sur le blog. A vrai dire le passage Covid y est fortement pour quelque chose.


Très motivée sur ce début de saison, je me préparai avec une grande envie au championnat de France Karaté (Kumité) mais aussi au championnat de France Light contact qui étaient les objectifs les plus proches avant ce fameux mois de mars.

Quand le confinement a été mis en place, les 3 premières semaines j’étais très assidue en faisant à minima 3 séances d’1h15 à 1h30 de prépa physique par semaine. L’annonce du rallongement du confinement avec les annulations de mes jalons sportifs sur l’année m’a fait perdre la motivation. Il a donc fallu que je ré-enclenche cette motivation en commençant à faire un travail de fond sur moi-même. Car quand un défi est inaccessible, il impacte systématiquement la motivation générale, d’autant plus quand il est le moteur premier de celle-ci.


Mais alors comment faire ? Je vous avoue que j’ai commencé par une période un peu déprimante liée au sport. Car à l’inverse, professionnellement cet épisode m’est plus que bénéfique, d’où l’importance de ne jamais lâcher ses projets et envies. Et bien voilà je vous le donne dans le mille … ne jamais lâcher. Oui mais pourquoi, pourquoi je fais du sport, pourquoi je cherche à me dépasser en dehors des compétitions, qu’est-ce que je veux me prouver à moi-même et non aux autres, … ? Là, est la vraie réflexion de fond.


J’ai donc commencé à travailler avec une coach, Véronique (https://www.llumcoaching.com/) pour m’aider à faire du tri. Non seulement professionnellement mais aussi personnellement sur l’ensemble de mes objectifs, afin de prendre du recul. Car même si le coaching pro est la base de mon travail freelance il est apparue important de travailler en supervision suite à cette perte de repères sportifs qui est venue, l’air de rien, mettre en équilibre l’intégralité de mes projets.


Le premier point que j’ai relevé, est que d’un point de vue sportif j’ai besoin d’une dynamique de groupe même si je pratique des sports dit « individuel ». L’émulsion collective est importante pour moi.


Le second point est que sportivement je ne peux mettre en objectif premier la compétition, et c’est donc là qu’il faut creuser plus loin.


Aujourd’hui, je travaille sur les fondations de l’activité sportive afin de mettre en place une valeur qui est « la constance ». Bien évidemment en premier lieu il y a l’aspect santé, car comme je l’ai expliqué dans des articles précédents il est primordial d’avoir une pratique physique régulière pour entretenir le bon fonctionnement du corps et de l’esprit pour tous, et encore plus lorsque l’on est touché par une pathologie neurodégénérative. En second lieu, je suis quelqu’un qui aime les défis. Donc a moi de les inventer et les ré-inventer au fil du temps.


Le chemin n’est donc pas terminé, et chaque jour il faut garder à l’esprit ce qu’est notre essence profonde, ce que nous sommes. Ce qui est à mon sens le point de vitalité qui fera que je me réaliserai pleinement.

Je reprends donc le chemin sportif, artistique et professionnel avec une motivation renouvelée, puisque je pars à la recherche de la plus grande quête qui est pour moi : ce que je suis, les valeurs que j’incarne et celles que je souhaite transmettre.


Je vous dis à très vite pour de nouvelles aventures. La prochaine étant mon défi rando de l’été dans un climat peu clément pour ma colocataire, la sclérose en plaques, en allant chercher à atteindre de nouvelles limites et les dépasser.

Et vous le confinement, déconfinement comment a-t-il impacté vos objectifs, vos repères ? Comment avez-vous géré cet épisode de vie hors norme ? Comment aujourd’hui évoluez-vous ?

2 vues

"Ce site est une histoire personnelle. Nous sommes uniques, il est donc de la responsabilité de chacun de se rapprocher du corps médical pour son propre cas. Je ne suis pas médecin."

 

Anne-Sophie Van Nuvel

  • Athlète et Sépienne
  • Instagram