Apnée à l’effort : ré-apprendre à respirer, sclérose en plaques ou non.


En novembre 2019 j’ai repris très sérieusement ma pratique sportive et dans les 3 disciplines même constat: raideurs et douleurs musculaires, pas de souffle, difficultés à travailler en force, crampes et propension aux blessures (vigilance en berne), cerveau au ralenti, mémoire immédiate qui ne fixe pas les consignes …


Lorsque vous vous retrouvez face à cela la première chose qui vous vient en tête c’est que c’est votre sclérose en plaques qui fait des siennes … facile à incriminer je vous l’avoue, puisque cette dernière peut s’ exprimer de la même façon. Mais erreur.


Grâce à une analyse de mon travail avec Camille Beney (ma préparatrice physique) couplée avec mes 2 autres coaches la cause majeure a été levée et n'a rien à voir avec la sclérose en plaques : Apnée à l’effort. De fait je m'essouffle rapidement et je asphyxie mes muscles puisque de l’acide lactique se créée.


L’apnée à l’effort est bien évidemment un sérieux problème de respiration et nous sommes très nombreux à ne plus savoir, voir pas savoir respirer lors d’une activité physique et ce quelque soit l’intensité et la régularité. Ce manque de respiration est souvent une cause de l’abandon des pratiques sportives. Sans respiration pas de plaisir à la pratique, pas de pratique pas d’amélioration de la respiration, une chaîne sans fin.



La respiration, fonctionnement et bénéfices.


Comme chacun le sait lors d’une inspiration nous amenons de l’oxygène à toutes nos cellules via nos poumons puis le sang, ce qui permet aux muscles de transformer le glucose et les acides gras en énergie. A l’expiration nous évacuons donc le co2 et limitons ainsi l’acidification du sang qui est une cause des raideurs musculaires.


La respiration pour être efficace et surtout la plus maximisée possible doit être ventrale. Une respiration thoracique est incomplète et amène une fatigue plus rapide.


Ainsi avec une bonne respiration couplée associée à une bonne hydratation pendant l’effort vous:


- Facilitez l'exécution des mouvements de votre corps

- Augmentez votre puissance musculaire

- Evitez les points de côté

- Eliminez le stress

- Favorisez votre récupération après l’effort

- Diminuez le risque de blessure

- Augmentez vos performances

- Favorisez votre progression dans votre discipline

- Permettez à votre cerveau de gagner en rapidité de traitement et donc de réponse dans votre pratique

- Dynamisez la réponse musculaire

- Accroissez la puissance de vos poumons et votre cœur

- …


Bref vous augmentez naturellement l’ensemble de vos performances physiques et intellectuelles.



Comment respirer selon votre activité sportive.


En fonction de votre activité sportive vous ne sollicitez pas vos poumons de la même manière. Par exemple pour tout ce qui est courses à pied, vélo, sport de glisse, le gainage abdominale… votre respiration devra être le plus naturel possible et fluide. J’entend par là que votre rythme ne sera pas calé sur le mouvement. Vous devrez donc trouver le rythme qui convient à votre corps pour la meilleur ventilation possible.


Pour les sports de combat ou encore la musculation le rythme est lié aux mouvements. En musculation vous expirez à la contraction, l’effort. Par exemple sur une pompe vous inspirez à la descente et soufflez à la montée. Même chose pour un sport de combat. Lorsque vous effectuez un gyaku zuki (poing direct arrière) vous expirez à la frappe en contractant vos muscles dans l’action pour finir par un relâchement complet et reprenez une inspiration en ramenant le poing vers vous.


Selon votre discipline je vous invite vraiment à vous rapprocher de votre entraîneur pour qu’il vous enseigne la bonne respiration, car bien souvent c’est une étape primordiale qui est oubliée de l’enseignement.



Ce qui a changé depuis que je respire dans le sport et au quotidien.


Depuis cette mise en alerte sur mon apnée à l’effort c’est donc un point d’extrême vigilance pour moi. Je reprend donc mon travail technique avec douceur pour réinsérer la respiration de façon adaptée. Certes cela peut sembler ralentir ma progression mais en faite pas du tout.


En l’espace de trois semaine j’ai gagné non seulement en efficacité mais aussi en rapidité et précision. Mes muscles entrent beaucoup moins en tétanie et j’ai augmenter considérablement mon endurance en très peu de temps. A savoir que début novembre 30 secondes de corde à sauter me mettait ko et aujourd'hui et ce sans être ko du tout je fais mes deux minutes pour l’échauffement tranquille tout en tapant la discute une véritable victoire.


Ce changement je l'ai aussi vu lors de ma compétition en sélection France pour le karaté kumité. Je me suis surprise à tenir facilement la durée sans éprouver une trop lourde fatigue, pas d’essoufflement ni de difficultés à exécuter mes techniques contrairement aux semaines passées voir même en me basant sur mes vieux souvenirs de plusieurs années.


Et au quotidien ? J’utilise une bonne ventilation dans mes activités pros et personnelles les bénéfices sont là aussi multiples dont un stress diminué qui implique une meilleure gestion de ma vie de tous les jours !!



Respirez et voyez le changement s’opérer très rapidement !



Si vous souhaitez que j'accompagne les articles de vidéos et exercices que je pratiques faites moi signe en commentant cet article ou directement en me contactant !


0 vue

"Ce site est une histoire personnelle. Nous sommes uniques, il est donc de la responsabilité de chacun de se rapprocher du corps médical pour son propre cas. Je ne suis pas médecin."

 

Anne-Sophie Van Nuvel

  • Athlète et Sépienne
  • Instagram